Congrès National de santé au travail à Lille : 2 Associations Intermédiaires et l'ASTIL 62 témoignent d'une expérimentation

Lors du 33ème Congrès National de santé au travail qui s'est tenu à Lille du 3 au 6 juin dernier, deux Associations Intermédiaires du Boulonnais, "Espoir Terre des 2 Caps" et "Travail Partage" ainsi que le service de santé au travail, "ASTIL 62" ont apporté un témoignage sur l'expérimentation menée en partenariat pour favoriser la prévention des risques professionnels et le suivi médical des salariés en parcours en AI.

Le groupe de travail constitué a permis d'engager les actions suivantes :

  • Baisse de la tarification des visites médicales : 65 € par salarié au lieu de 95 € ;
  • Priorisation des visites médicales par rapport aux risques encourus ;
  • Élaboration d'une fiche de poste type incluant les risques professionnels (risques chimiques, physiques, bruits, etc.) ;
  • Information des permanents des Associations Intermédiaires sur la santé au travail et le DUERP.

Témoignage des deux AI :

Franck CARLU, Directeur d'Espoir Terre des 2 Caps
Dominique CARNEL, Directrice de Travail Partage 62

"Cette action expérimentale a permis d'assurer une meilleure sensibilisation de nos permanents à la prévention des risques professionnels. Elle a permis d'humaniser la notion de visite médiale grâce à un travail de fond mené avec l'ASTIL 62.

Les échanges de pratiques entre les associations participantes à l'expérimentation ont été d'une grande richesse et ont permis d’œuvrer collectivement à la mise en place du plan d'actions. Le travail se poursuit aujourd'hui en équipe au sein de nos structures. Exemple : mise en place d'un comité de prévention des risques professionnels regroupant les permanents et les salariés en parcours.

La difficulté réside lors de l'intervention du salarié chez le particulier. Celui-ci effectue sa prestation en toute autonomie et peut être confronté à des situations de travail dangereuses qu'il ne saura pas refuser. La prévention, la sensibilisation à la santé et sécurité au travail restent les principaux moyens pour anticiper tout risque d'accident".

 

Fort de cette expérimentation, un essaimage des actions mises en œuvre mériterait d'être développé sur d'autres territoires.

Pour rappel, depuis juillet 2012: "les associations Intermédiaires doivent obligatoirement adhérer à un service de santé au travail pour le suivi de leurs salariés mis à disposition en entreprise, en collectivité ou chez le particulier.